Une question ? Contactez nous au 04.66.30.09.89

 

« Le Carré des familles » : un Service de Rencontres en présence d’un tiers pour 20 enfants de 0 à 18 ans relevant de l’Aide Sociale à l’Enfance du Département du GARD.

Pourquoi ?

  • Lorsqu’il n’existe pas d’autre solution que la séparation physique des parents et des enfants (placement en Famille d’Accueil ou en établissement), on ne peut plus se réduire à séparer un enfant de ses parents, de son milieu, sans, dans le même temps, mettre tout en œuvre pour travailler le lien, maintenir la relation, la prise ou la reprise de contact.
  • Il n’est pas naturel d’avoir son enfant placé dans une Famille d’Accueil, ou dans un établissement. La loi du 5 mars 2007 nous amène à repenser nos notions habituelles de protection, de prévention de l’enfant en danger et à créer, de ce fait de nouveaux outils. L’accompagnement de l’enfant et de sa famille nécessite des outils pluriels bien adaptés à la singularité de chaque situation.

Outil de médiation et de travail du lien, les Rencontres en présences d’un tiers judiciaires et administratives ont pour but de permettre aux parents et à leurs enfants de se rencontrer dans un lieu neutre et de bénéficier, en toute sécurité, d’un accompagnement éducatif autour de cette rencontre.

Les espaces de rencontre s’inscrivent dans le champ de l’exercice de l’autorité parentale et du droit à l’accès de l’enfant à ses deux parents (Convention internationale des droits de l’enfant, 1990).

Ces rencontres répondent au droit de l'enfant d’entretenir des relations personnelles avec ses ascendants, tel que visé aux articles L. 371-4 et L. 373-3 du Code civil.

Le législateur donne au Juge le pouvoir de rendre toute mesure «en vue de garantir la continuité et l’effectivité du maintien des liens de l’enfant avec ses parents» et ce en vertu de l'article L. 373-2-6 du Code civil. La loi du 5 mars 2007 renforce encore cette obligation et confie au Président du Conseil Départemental la responsabilité de chef de file en matière de Protection de l’Enfance. Depuis cette date, les espaces –rencontres figurent dans le code civil aux articles 373-2-1 et 373-2-9.

« Lorsque la continuité et l’effectivité des liens de l’enfant avec le parent l’exigent, le Juge peut organiser le droit de visite dans un espace de rencontre désigné à cet effet ».

Par ailleurs, le nombre régulier d’ordonnances émises par la justice témoignent largement de la nécessité de voir mis en place un tel lieu de rencontres au nord du département. L’une des commissions du futur schéma départemental mettra nettement en évidence ce besoin, qui sera concrétisé par son inscription dans les propositions du schéma départemental 2011/2016.

Comment ?

Ce Service intervient toute l’année.

Nos atouts :

  • Ce Service est opérationnel, adapté aux demandes
  • Notre cadre est à la fois sécurisant et bienveillant
  • Nous disposons à l’interne des infrastructures et de moyens (cadre institutionnel, locaux adaptés, conçus à cet effet, personnel compétent, qualifié, formé à ce type de travail, expérimentation des procédures …)
  • Nous bénéficions d’un partenariat avec lequel nous entretenons des relations d’utilité réciproques particulièrement solides
  • Nous sommes aussi confiants de la force de nos convictions pour mener à bien ce travail.

Le placement, la séparation, aujourd’hui, plus que jamais, n’est plus une fin en soi ; nous devons proposer des outils mobiles et mobilisables, qui puissent compléter nos dispositifs existants. C’est à ce prix que nous réussirons à agir sur des relations parentales à priori « défaillantes », des souffrances d’enfants qui conditionnent des avenirs d’hommes et de femmes fragilisés.

En effet, notre mission première concerne les enfants :

Le défi que nous relevons est que ce type d’actions favorise des effets de résilience pour leur permettre un présent mieux compris et un avenir plus confiant.

A quoi ça sert une Maison d’Enfants ?

C’est donner « un coup de main » à tout enfant qui a besoin de protection, à tous parents fragilisés dans l’exercice de leurs responsabilités parentales !

Lorsque, dans une famille, c’est vraiment trop difficile à vivre, les enfants ou adolescents (de 3 à 18 ans et jeunes majeurs) peuvent être confiés au Foyer, pendant un temps donné, soit par le Juge des enfants au titre de la protection judiciaire soit par l’Aide Sociale à l’Enfance. Les parents eux-mêmes, conscients de leurs difficultés, peuvent faire appel aux Services de l’Aide Sociale à l’Enfance.

lire la suite

A propos de St Joseph

Foyer Saint-Joseph

3, Avenue Pierre COIRAS

30100 ALES

 

Téléphone : 04 66 30 09 89

Fax : 04 66 56 91 27

Email : info@foyer-st-joseph.fr

APEDM Saint Joseph

logo ST JOSEPH 300x300

Top